Transhumanisme

D’abord qu’est-ce que le Transhumanisme?

Qu’est-ce que le transhumanisme? Selon la propre définition du site Iatranshumanisme.com (qui n’a aucun lien avec le site Shandarism.com, nous précisons bien) est la suivante:

« Le transhumanisme est une approche interdisciplinaire qui nous amène à comprendre et à évaluer les avenues qui nous permettrons de surmonter nos limites biologiques par les progrès technologiques. Les transhumanistes cherchent à développer les possibilités techniques afin que les gens vivent plus longtemps et en santé tout en augmentant leurs capacités intellectuelles, physiques et émotionnelles. »

Il est aussi à noter que transhumanisme n’a rien avoir avec l’humanisme. Alors que l’humanisme n’est rien d’autre que de l’anthropocentrisme glorifiant et sacralisant l’homme pour répondre à sa petite vanité, le transhumanisme amène à son évolution contrôlée pour devenir une espèce meilleure. Le Shandarisme ne peut vraiment pas saquer les humanistes avec leurs grands principes et mentalité de petite seigneurie autoproclamée. Par contre, les transhumanistes ne nous posent aucuns problèmes.

Le tranhumanisme vue par la pensée shandarienne

La première chose à savoir est qu’il ne faut pas se voiler la face. Osons appeler un chat un chat. Dans ce sens, pour nous shandariens, le transhumanisme n’est rien d’autre qu’une forme d’eugénisme. Utiliser le terme de néo-eugénisme serait d’ailleurs mieux placer. Cependant et contrairement aux humanistes, l’eugénisme ou le néo-eugénisme n’a pas dans le Shandarisme de connotation négative ni malsaine. Il faut ainsi savoir que la pensée néo-eugénique à toujours été tolérée dans le Shandarisme.  Il suffit de lire les textes qui composent les enseignements shandariens concernant la biologie humaine pour s’en rendre compte. Car pour nous shandariens, transhumanisme ou eugénisme, peu importe,  n’est rien d’autre que de l’évolutionnisme contrôlé, dirigé par opposition à l’évolutionnisme naturel qui lui n’est pas contrôlé.

L’intérêt d’avoir un évolutionnisme contrôlé est de prendre en main notre propre « destin génétique » au lieu et avant que d’autres s’en charge à notre place.  Favorisant ainsi la survie future de l’espèce humaine en:

  • Se rendant plus résistant aux infections et aux chocs.
  • Supportant mieux les conditions climatiques et environnementales
  • Cicatrisant et guérissant plus vite.
  • Optimisant les capacités cérébrales et cognitives
  • Ralentissant le vieillissement pour vivre jusqu’à 250 ans, 500 ans , 1000 ans voir plus.

Souvenez -vous d’ailleurs que l’immortalité tant biologique que mémorielle est l’un des 3 buts du Shandarisme.

De plus, maitriser sa propre destinée génétique n’est rien d’autre que l’ultime degré de la maitrise du corps. Ceci afin d’accomplir pleinement et de manière optimale notre mission de vie sur cette planète. Il ne faut donc pas s’étonner que la pensée shandarienne soit plus que favorable au mouvement transhumaniste. Les transhumanistes ont parfaitement raison de poursuivre leurs œuvres génétiques et biologique. Leurs travaux constituent une noble mission pour l’avenir de l’espèce qui mérite respect et reconnaissance.

La pensée shandarienne est une  pensée eugéniste et les shandariens sont des eugénistes. La seule chose est que l’on n’en fait pas l’apologie et qu’on le cris pas sur tout les toits.

Le corps humain est parfaitement re-modelable

Toujours dans la pensée shandarienne, le corps humain et ses différents champs de matière biologique qui le constituent en formant les organes et systèmes biologiques sont parfaitement remodelables dont la clé de ce modelage est le code de vie. Autrement dit le code ADN. En modifiant correctement les codes des exons et introns composant l’ ADN, on remodèle de facto les champs de matière biologiques du corps humain.

Le transhumanisme est l’une des voies permettant ce remodelage pour l’amélioration tant biologique que psychique de l’espèce humaine. Une amélioration biologique en rendant le corps fort et résistant et une amélioration psychique en optimisant l’interface biologique  du cerveau et ses communications avec son vecteur de contrôle (l’esprit). Sans oublier l’optimisation cellulaire permettant le fonctionnement et la circulation optimale des champs de l’énergie vitale.

Enfin concernant l’éthique et la morale produit du manichéisme, il faut se rappeler que ces dernières n’existent tout simplement pas dans la pensée shandarienne. Car ce qui nous guide sur le droit chemin n’est pas la morale, mais la logique de préservation. Une préservation qui passe non pas par la conservation dans un état statique, figé, immobile, mais par l’amélioration et l’optimisation.

« L’action préserve la vie, l’inaction et l’immobilisme la détruise ».

Chose que les détracteurs et opposant à l’amélioration du vivant n’ont pas conscience. Car aveugler par leurs croyances, peurs et valeurs limitantes, ils ne possèdent ni le discernement ni la clairvoyance nécessaire pour le voir les effets destructeurs pour l’espèce humaine de leurs propres refus de l’évolution contrôlée. Dans l’univers, plus une espèce intelligente évolue dans sa connaissance du vivant, plus elle développe sa capacité à pouvoir l’influencer, le modifier pour  finalement le contrôler. Dès lors l’homme ne fait que suivre le chemin de son évolution vers des niveaux supérieurs.

Lecture recommandée sur le Transhumanisme: Le transhumanisme: Faut-il avoir peur de l’avenir ?