Son histoire

James Shandar est le fondateur du Shandarisme et le premier Shandarien. Son enfance a été marquée par la maladie et la mort de mon père. Là ou à l’âge de 6 ans, on l’a emmené voir celui-ci sur son lit de mort en phase terminale. Cette expérience aussi dure et morbide pour un enfant de cet âge fut pour le fondateur une initiation de l’univers dont le but était d’ouvrir sa conscience sur d’autres énergies et réalités. Mais aussi de le préparer à sa véritable destiné comme il le découvrira plus tard. Sans cette expérience initiatique psychologiquement forte durant son enfance, jamais il ne se serai intéressé à la vie après la mort, jamais il n’aurait travailler pour développer ses capacités psi et jamais le shandarisme n’aurait vu le jour.

Plus tard, il jouait avec d’autres enfants au chef de clan! Un jeu, une simulation pour ce qui allait être une fois adulte l’exercice du pouvoir et de l’autorité psychique pour la fraternité. Adolescent, les choses se sont accélérées. Il découvrit de vieux livres sur l’hypnose, la voyance, le magnétisme et la télépsychie de Paul C. Jagot dans la bibliothèque familiale. C’est en lisant ses livres et en mettant en application leurs contenus qu’il s’est initié aux pouvoirs de la pensée. Ses tests, exercices et pratiques ont constitués pour lui un véritablement entrainement pour développer ses capacités psi. Il a ainsi commencé à pratiquer l’auto-hypnose à l’âge de 16 ans et à hypnotiser son premier sujet à 19 ans. Il fit également sa première expérience de sortie hors du corps une nuit à 17 ans, mais en ce temps là, complètement inexpérimenté, il ne savait pas trop ce que c’était. Il croyait qu’il allait mourir, il a prit peur et l’expérience s’est aussitôt terminée. Bien qu’il ait vécu plusieurs états vibratoires (signe indiquant une sortie de corps) durant des années, ce n’est que sur le tard, dans ses 38 – 40 ans, que le fondateur a vraiment commencé le voyage astral. Rappelons aussi qu’a son époque, les connaissances sur les pouvoirs de la pensée ne se faisaient que dans les cercles d’initiés ou dans les livres, les cassettes audios et les rares VHS qu’il y avait sur le sujet. Les ordinateurs étaient hors de prix et il n’y avait pas encore internet pour le grand public. Ce qui fait que l’accès au savoir des pouvoirs de la pensée et expériences paranormales était très limitée.

A l’âge de 20 ans, en quête de réponse existentielle, il étudia de nombreuses religions orientales et occidentales, mais aussi l’ésotérisme avec la franc-maçonnerie, la Golden Dawn et la Rose Croix. Mais au fil des années, ayant lui-même vécue la bigoterie et les restrictions morales, il a réalisé l’abrutissement de l’intellect et l’esclavagisme mental que créer les religions. Une prise de conscience un soir de prière avec sa phrase « Mais qu’est-ce que je fous la dedans ? ». Et c’est là qu’il a prit la décision de dire stop.

A 30 ans, il a définitivement claqué la porte à la religion et est devenu athée.

Le Fondateur est alors revenu vers ce qu’il avait toujours connus, les pouvoirs de l’esprit et à reprit ses expériences et observations. Pousser par un esprit de pionnier et de conquête, il explora ainsi de nouvelles voies par l’expérimentation et l’observation de la réalité. De fil en aiguille, ses expériences et découvertes l’ont amenées vers la synthétisation d’une nouvelle forme de pensée que l’on appela Shandarisme.

La naissance du Shandarisme

Toutes ces expériences de jeunesse ainsi que son expérience religieuse ont formées et préparées James Shandar pour la création de ce qui allait être plus tard le Shandarisme et la fraternité. Après avoir synthétisé la pensée shandarienne, il se posa une question: Que deviendront toutes ces connaissances et expériences si demain je meurs? Il devait transmettre son savoir et son expérience. Le destin étant de son coté, il rencontra quelques temps plus tard 2 personnes qui s’intéressaient aussi aux pouvoirs de la pensée et au paranormal. Des liens se créèrent entre eux. Un soir, ils formèrent un cercle pour faire des expériences de télépathie et de clairvoyance et c’est comme cela que s’est formé le premier cercle shandarien qui allait devenir plus tard la Fraternité.

Puis, petit à petit, les codes, cérémonies, initiations et célébrations shandariennes se sont mises en place. Le partage des connaissances entre eux ont donnés naissance aux enseignements shandariens. Mais au fil du temps, ils commençaient tous à sentir qu’il y avait une force, une énergie toujours présente à chaque assemblée. Or, ils ne savaient pas ce que s’était. Un jour, le fondateur lisait un livre sur l’occultisme et c’est là qu’il a fait le rapprochement entre ce qu’il lisait et ce qu’il ressentait avec les autres durant les assemblées. En fait, ils avaient formés avec leurs pensées et énergies collectives un égrégore sans même le savoir!

Et c’est comme cela que s’est créée la Conscience collective des shandariens. Le Shandarisme s’est ainsi créé.

La destinée du Fondateur

Aujourd’hui avec le recul, il est de plus en plus évident que créer le Shandarisme était la destinée de J. Shandar. Car lorsqu’on regarde bien, tout à été mis sur son chemin pour cet aboutissement. Chacune des expériences de faite par le Fondateur ont été un pas vers la création du Shandarisme. Le Fondateur n’a jamais eu de maitre physique pour le former. Mais il se pourrait bien que des forces supérieures, invisibles, inconnues ont bien jouées ce rôle avec cette expérience initiatique lorsqu’il avait 6 ans pour ouvrir son esprit. Puis plus tard, en poussant le Fondateur à trouver et s’intéresser aux livres qu’il lui fallait dans la bibliothèque pour ensuite les lire. Ceci afin de le former et de l’entrainer aux pouvoirs de la pensée. Enfin, l’inspirer à faire toutes ces expériences qui allaient construire les éléments du Shandarisme. Lorsqu’on place tout ceci bout à bout, l’évidence même saute aux yeux. Il ne s’agit pas ici d’un délire mystique dans le style « l’élu de… », mais d’une simple observation faite en pleine conscience. La succession des événements passés dans la vie du fondateur s’emboitent trop à la perfection pour être de simples coïncidences.  Cela a suivi un dessein intelligent. Maintenant savoir qui ou quoi est à l’origine de ce dessein intelligent est un mystère…